oct 21

Massacre du 17 octobre 1961 : que lumière soit faite

EPSON003Le 17 octobre 1961 eut lieu à Paris et dans sa proche banlieue ouest une répression et un massacre sans précédent à l’encontre d’Algériens, hommes, femmes, enfants. Un crime d’État sur lequel il est toujours impossible aujourd’hui de faire toute la lumière car les historiens n’ont pas accès aux archives de la préfecture de Police dirigée à l’époque le sinistre Maurice Papon.

Pendant très longtemps un épais voile a recouvert ce tragique événement. Il a fallu attendre 1991 pour qu’à la suite de la parution du livre de Jean-Luc Einaudi (La bataille de Paris) quelques journaux reviennent sur cette journée noire. Aux témoignages recueillis dans le livre, s’ajoutent d’autres témoignages parus à l’époque ou rassemblés depuis… Tous disent la même chose. En savoir plus »

mar 23

Colombes-1: Communiqué du Parti de gauche

20150322_0003

Merci aux 1.442 électeurs qui, en votant pour les candidats présentés par le Front de gauche, ont manifesté leur refus de la politique pro-patronale du gouvernement, de la politique inégalitaire de la majorité UMP du département et de la politique anti-sociale de la droite aux commandes à Colombes.
La confiance qu’ils nous ont manifestée par ce vote malgré les pressions, les mensonges de toutes sortes et le chantage à la peur qui visaient à les en dissuader, traduit à la fois la solidité de leurs convictions et leur liberté de jugement.
Dans ce canton, le second tour opposera Philippe Sarre et Nicole Goueta. Nous avons fait part au cours de notre campagne de notre volonté de redonner le pouvoir au peuple ; en rendant à nos électeurs leur liberté de vote, nous tenons parole.

Christiane Chombeau, candidate titulaire,
et le cercle de Colombes du Parti de gauche

mar 20

Personnes âgées: une solidarité cruellement insuffisante

Graphique EHPADEn Ile-de-France, des départements ouvrent des maisons de retraite départementales qui proposent un tarif de journée à 60 euros. Dans les Hauts-de-Seine, rien de tel; les tarifs pratiqués sont bien plus élevés. C’est évidemment un choix politique que nous ne partageons pas.

Le bilan de la majorité UMP-UDI en la matière est, comme pour l’accueil de la petite enfance pour laquelle il n’existe que 5 crèches départementales (dans deux communes du sud du département), pour le moins déficient. Tout se passe comme si le conseil général (conseil départemental) se satisfaisait de verser aides et subventions et refusait d’investir et de s’investir lui-même dans la solidarité à l’égard de nos anciens.

Dans notre département qui compte près de 1,6 millions d’habitants, on ne dénombre que 45 établissements d’hébergement pour personnes âgées (EHPA), dont 26 sont des établissements associatifs, 18 publics et 1 commercial, avec au total une capacité de 2.837 places. C’est trop peu. En savoir plus »

mar 19

La dette des Hauts-de-Seine? Parlons-en…

Le Parisien vantait hier sur près d’une page la gestion du département des Hauts-de-Seine qui, en Ile-de-France, serait « le premier de la classe » puisque sa dette serait la plus faible de tous les départements de la région. Cette présentation flatteuse, qu’exploite la droite depuis 24 heures sur tous les tons, est fausse. Le montant de la dette annoncée ne tient pas compte d’autres engagements financiers importants et contestables pris par M. Devedjian et ses amis.

 

CitŽ-Musicale_fixedL’actualité de ces derniers jours nous en offre un bel exemple avec la Cité musicale en construction sur l’Ile-Seguin, primée la semaine dernière au Marché international des professionnels de l’immobilier (MIPIM) à Cannes. Un exemple révélateur des coûteux choix de gestion de l’UMP et de l’UDI. En savoir plus »

mar 16

Non aux politiques d’austérité, oui à un avenir ancré à gauche à Colombes

20150314_Colombes_0010Voici le communiqué de presse que mes camarades, Yahia Bouchouicha, Kamel Bouhaloufa, Patricia Pacary, et moi-même avons envoyé ce jour à la presse. Il s’agit de rappeler à tous ceux qui ne veulent voir dans ce scrutin que le énième épisode d’un duel entre l’ancien maire socialiste et l’actuelle UMP que les enjeux ne sont pas là. D’ailleurs les Colombiennes et les Colombiens que nous rencontrons, nous disent en avoir assez de ce jeu de ping-pong.

L’enjeu des élections départementales sur le canton de Colombes-1 n’est pas d’être un match retour des municipales de l’an dernier. Réduire à cela un scrutin dont dépend l’avenir de services publics essentiels pour la vie quotidienne de nos concitoyens, n’est pas de nature à favoriser leur participation électorale. Les Colombiennes et les Colombiens ne se laisseront heureusement pas entraîner dans cette impasse. En savoir plus »

Articles plus anciens «