«

»

Oct 20

Curieux manège entre policiers et manifestants

Journaliste j’ai eu souvent l’occasion d’assister à de drôles de manœuvres entre policiers en civil et manifestants. Comme beaucoup je me suis bien évidemment posé des questions lorsque les manifestations contre la réforme de retraites prenant un second souffle avec l’arrivée de la jeunesse, des violences ont éclaté à Nanterre, Lyon, Chambéry…

Sur ce qui s’est passé dans la préfecture de la Savoie, Jean-Pierre, un sympathisant du Parti de gauche, a envoyé une photo et un témoignage que je ne puis m’empêcher de vous livrer intégralement:

« Chambéry 19/10/2010, 18h00 avenue De Boigne, des jeunes encagoulés jettent des pierres sur un cordon de robocops (CRS ou gendarmes mobiles). Ça dure un bon moment… Puis trois des ces jeunes, l’instant d’avant les plus hardis à jeter des pierres, remontent un brassard orange sur leur manche droite, foncent sur l’un d’entre eux et l’immobilisent. Remarquable coordination car immédiatement surgissent une dizaine de robocops qui protègent le groupe. Et devant les commerçants médusés on voit trois jeunes encagoulés embarquer un de leurs potes sous la protection des robocops.

» Sur la photo jointe, un de ces « brassards oranges », sweat à cagoule gris et bandeau noir, APRÈS l’interpellation ci-dessus racontée.

» (Petite parenthèse : Je me trouvais là pour montrer à un petit jeune comment les choses se passent. En gros j’étais un peu dans le rôle du vieux mustang qui montre à un jeune poulain quelle herbe ne pas brouter. Avec un peu d’expérience et les policiers étant si prévisibles, je savais où me mettre pour montrer, en toute sécurité, la fameuse scène à mon jeune protégé. Merci aux policiers d’avoir été fidèles au rendez-vous. Sans quoi la leçon n’aurait pas été complète.).

» Question de la poule et de l’œuf, ou déduction politique logique : Les mecs en brassard orange, ils entraînent quelques écervelés pour provoquer les violences dont le gouvernement a besoin pour casser la protestation contre une réforme injuste ? Ou sont-ce de gentils policiers « infiltrés » pour arrêter de vilains et bêtes « casseurs » ?

» En tous cas, je vous le dis, ces « casseurs », ils tombent chaque fois rudement bien pour arranger les affaires d’un gouvernement désapprouvé par 71% des Français sur ce projet des retraites, mais certainement approuvé par une majorité pour « maintenir l’ordre ».

» Dernière précision : Ce jour, d’après les syndicats, il y avait près de 4 millions de manifestants, et Nicolas Sarkozy mesure 163cm. Selon le Ministère de l’Intérieur, il y n’y aurait eu que 825.607 manifestants, et Nicolas Sarkozy mesure 2,03 mètres… »

En avril 2009 déjà…

Les faits rapportés par ce sympathisant ne sont pas rares. La dernière fois que j’ai observé un curieux manège entre policiers et manifestants c’était lors de la manifestation internationale contre l’Otan à Strasbourg, le 4 avril 2009. Plusieurs médias s’en étaient d’ailleurs fait l’écho. L’hebdomadaire Politis notamment avait pointé le rôle trouble de « petits groupes d’activistes violents vêtus de noir [qui avaient] achevé de décrédibiliser une manifestation que ni le gouvernement ni l’Otan ne voulaient ». « Très mobiles, ils étaient parmi les premiers arrivés sur l’île qui accueillait la manifestation, quand la grande majorité des militants pacifiques étaient encore bloqués par les forces de l’ordre aux ponts qui en permettaient l’accès », notait son journaliste dans un reportage que vous pouvez relire ci-dessous.

Pour faire la lumière sur ces événements, les député-e-s communistes, républicains et du Parti de gauche avaient demandé la création d’une commission d’enquête parlementaire, en vain.

Alors que la mobilisation contre la réforme du gouvernement sur les retraites ne faiblit pas, Nicolas Sarkozy et ses ministres sont prêts à tout pour faire cesser un mouvement dont ils ne cessent d’annoncer l’essoufflement. Leurs relais médiatiques entonnent déjà le refrain de la zizanie parmi ses représentants syndicaux.

Si vous même êtes témoins et avez des preuves de tels agissements, n’hésitez pas à en faire part et les transmettre.

Vous pouvez également lire sur le site du Parti de gauche un communiqué sur la répression du mouvement.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

11 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. Jeune et révolté

    Etant jeune, c’est la première fois que j’entends parler de tels évènements. Pour moi (et pour la majorité des personnes de ma génération), ces actions sortent tout droit de films sur les conspirations gouvernementales ! et ça fait peur…
    J’ai l’impression qu’il y a certaines choses qui ne changeront jamais, et que nous (le peuple) sommes impuissants face aux moyens employés par des gouvernements pour arriver à leurs fins. Comment est-il encore possible aujourd’hui de manipuler certains médias (les plus influents), faisant avaler n’importe quoi à une population trop crédule, avalant sans conteste les propos d’un petit homme avide de pouvoir ?
    Comment au XXIe siècle, dans le pays des Droits de l’Homme et du Citoyen, peut-on encore imposer lois et réformes, et ce malgré les protestations et le mécontentement de plus de la moitié de la population ?
    Est-ce ça la Démocratie ? On pointe du doigt certains régimes au Moyen-Orient, Asie ou encore en Amérique Latine mais pour moi à partir du moment où un gouvernement agit peu importe l’avis de son peuple, nous sommes déjà bien éloignés de cette Démocratie que l’on s’évertue à vouloir appliquer dans ces pays.

    1. Maximus

      Oui c’est ça la démocratie…
      Les hommes qui ont été élus au suffrage universel direct représentent, le temps de leur mandat, la population. Ils appliquent le programme qu’ils ont proposé pour être élus.
      La démocratie n’est pas le populisme. Le sens des responsabilités implique aussi qu’on prenne des décisions impopulaires.
      Quel jeune lycéen peut me parler du régime de répartition et du moyen de le conserver sans mettre la France de demain en faillite? Aucun, puisque le but était de sécher les cours…
      La démocratie a ses limites: le niveau de responsabilité de nos élites.
      La démocratie ce n’est pas le populisme, ce n’est pas promettre l’impossible parce que le peuple l’exige (en l’occurrence une minorité).
      Le petit homme avide de pouvoir (notez qu’il y est déjà) ce serait bien passé d’une telle réforme pour rester populaire et être ainsi réélu. Alors que ceux qui n’y sont pas (mais bien avides du pouvoir perdu) promettent eux l’impossible pour y accéder… Sinon c’est facile, demain je me fais élire en promettant la retraite à 45ans, des alloc pour les étudiants à 2000 euros par mois, un logement pour tous…
      Attention jeune révolté de qui manipule qui…
      Vouloir faire croire que la France est une démocratie en danger, c’est ignorer le niveau de liberté et de confort que l’on a atteint. Ce qui est préoccupant c’est l’ignorance de ce peuple franchouillard qui, de ce fait, s’imagine toujours avoir raison et va finir par tuer la poule aux oeufs d’or.

  2. Maximus

    C’est quand même bien le rôle des flics en civils de ressembler le plus possible aux casseurs pour les infiltrer et les interpeller.
    Il n’y a pas besoin de flics incitateurs pour motiver les casseurs qui se servent des manifs pour s’en donner à coeur joie.
    Facile de toujours « tirer » sur la police alors qu’il me semble que les journalistes avides de scoop et de sensationnel ne sont pas les derniers à soudoyer des jeunes désoeuvrés pour qu’ils cassent ou brulent… Et puisque sur ce blog on est resté à l’âge de pierre de la politique: souvenez vous de l’affaire des Minguettes au début des années 80 où des journalistes avaient payé des jeunes pour qu’ils cassent…

  3. Couteaux et Fleurs

    Que des flics provoquent, ça existent malheureusement depuis bien longtemps. Ils s’habillent en black block, ou dans les années 80 en punks, ou en jeune des cités.
    J’ai entendu dire que pour qu’il y ait charge des CRS ou gendarmes mobiles sur une foule, il fallait qu’il y ait des incidents. Si la foule est pacifiste (sit-in sur une artère), c’est bien utile d’avoir des collègues en civil qui jettent de l’huile sur le feu. Avec une bouteille cassée sur le trottoir, c’est clair qu’ils ont l’accord préfectoral pour matraquer à tout-va.

  4. dédé

    Les casseurs n’ont plus qu’a mettre des brassards oranges et se mêlaient à la police!

  5. Alain BONHOMME

    Tout ceci est conforme à la tradition : je me souviens de la grande manifestation des sidérurgistes à Paris le 23 mars 1979, où il avait fallu que le service d’ordre de la CGT s’interpose entre les manifestants venus en car et train de Lorraine, et de ce « provocateur » qui fut arrêté par la CGT avec, sur lui, sa carte de police.
    L’histoire se répète souvent, mais elle ne surprend plus.
    Il ne faut rien passer sous silence de la réalité des luttes et des basses manoeuvres d’un pouvoir en difficulté pour dénaturer la lame de fond qui déferle sur le pays.
    Merci donc pour ce travail indispensable.
    Je le relaie sur Facebook comme d’autres l’ont déjà fait.

    1. gabriel

      je me rappelle de la manifestation des sidérurgistes du 23 mars 1979, j’y étais , le responsable du service d’ordre CGT Maurice Lourdez avait été appréhendé par la police, quand aux provocateurs c’était voulu et confirmé

      1. Christian

        Non Maurice n’a jamais été apprehendé par la police le 23 mars 1979…
        Puisque nous étions ensemble avec « le rouquin de Nanterre » Edmond Amiable pour se répartir aprés la manif a la bourse Varlin les affaires de le Xuan le Flic que nous avions apphendé jettant des pavé Bd Bonne Nouvelle . Chacun des présent parti qui avec ses papiers, sa carte de police ,sa plaque de police et, son flingue de service .
        Coup de tel A 5 heure du mat le lendemain d’Edmond pour unRDV ds le Bureau de Krasu A 7 h ,Henri Ayant décidé de remettre tout cela au procureur de la république … Et la plainte fut classé sans suite …..

        1. Deschodt

          Bonjour,

          j’ai eu l’occasion de rencontrer JP Berkovitz, un ancien CGT Livre qui s’occupait du service d’oredre en 1979. Il m’a parlé de cette affaire… Il m’a aussi dit que Maurice Lourdez avait reçu des menaces de mort. Il m’a aussi dit qu’il était probable que dans les archives de la CGT, il y ait encore toutes les infos et les preuves de ce qu’a fait le policier.

          Journaliste, j’aimerais ressortir cette histoire pour éclairer les méthodes policières d’aujourd’hui sur le site rue89…

          Qui pourrais-je contacter pour en savoir plus sur cette histoire et faire un papier dessus ?

          Merci d’avance…

          1. Maximus

            Je te propose même de plonger dans les archives de Vichy pour éclairer sur les méthodes d’interrogatoire des policiers aujourd’hui… On peut même aller chercher dans les archives du cabinet noir de Fouché au début XIXème pour éclairer sur le travail des RG aujourd’hui…
            Quand on veut chercher la petite bête et faire des montages médiatiques calomnieux sur la police française, on trouve toujours…
            Si tu faisais un papier sur les méthodes de comptage des manifestants de la CGT aujourd’hui? ça nous éclairerait mieux sur les méthodes tordues en vigueur aujourd’hui… et pas y a 30 ans…

          2. Deschodt

            Contrairement à ce que pouvait laisser penser mon précédent mail, je ne cherche pas à enquêter à charge sur la police… Votre proposition est un autre angle d’enquête qui ne manque pas d’intérêt.

            Cordialement

Les commentaires sont désactivés.