↑ Retour à L’humain d’abord!

Emploi

La politique de l’emploi prônée par le Front de Gauche repose sur l’idée que l’austérité et le démantèlement des services publics sont de graves erreurs stratégiques. C’est en faisant respirer l’économie (et non en la contractant) que le pays renouera avec le cercle vertueux de la croissance : retraite à 60 ans, Smic à 1700 euros, diminution du temps de travail hebdomadaire, réglementation des stages et arrêt immédiat de la RGPP sont les piliers de la relance de l’économie par l’emploi.

  • Droit à la retraite à 60 ans à taux plein avec la prise en compte de la pénibilité de professions particulières donnant droit à des départs anticipés.
  • Refonte du Code du travail pour abolir la précarité et établir l’égalité femmes-hommes. (Le CDI doit redevenir le contrat de travail dominant et le CDD l’exception).
  • Rétablissement des 35 heures, sans annualisation ni perte de salaire.
  • Smic à 1700 euros brut par mois pour 35 heures en début de mandat et 1700 euros net en fin de mandature.
  • Etablissement d’un quota maximal d’intérimaires et de contrats à durée déterminée égal à 5% des effectifs dans les grandes entreprises et 10% dans les PME (sauf dérogation justifiée).
  • Doublement des effectifs de l’inspection du travail pour faire respecter les droits sociaux du travail.
  • Arrêt de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) qui a pour principe le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux et le recrutement de hors concours de salariés précaires.
  • Plan de création d’emplois publics (dans l’enseignement, la santé, la justice, la police…).
  • Interdiction des licenciements boursiers et distribution des dividendes des entreprises qui licencient.
  • Instauration d’un droit des salariés à la reprise de leur entreprise sous forme de coopérative en cas de délocalisation ou de dépôt de bilan.
  • Redéfinition de filières industrielles prioritaires pour répondre à des objectifs sociaux et environnementaux.
  • Relocalisation des activités et préférence pour les circuits courts de distribution.
  • Encadrement des stages : rémunération minimum de 50% du SMIC dès le premier mois, limitation de la durée des stages à 6 mois, délai de carence de 3 mois entre deux stages, quota de stagiaire par entreprise et accès des stagiaires à la protection sociale.
  • Création d’un droit automatique au passage à temps plein pour les salariés à temps partiels.
  • Sécurisation des parcours dans l’emploi et la formation en garantissant une continuité de revenu tout au long de la vie.
  • Suppression de la loi Maillé-Le Fur permettant l’extension du travail le dimanche.
Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

Laisser un commentaire